Issa Hayatou

Issa Hayatou

Le Président et membre du Panthéon de la CAF Issa Hayatou a fortement défendu son organisation à propos de la décision de retirer au Maroc le droit d’accueillir la Coupe d’Afrique des Nations en 2015. Il a également expliqué pourquoi il n’y avait aucune possibilité de changer les dates du tournoi, comme le réclamait le gouvernement marocain.

Il faut rappeler que le Maroc avait demandé un report de la compétition phare de l’Afrique originalement programmée du 17 janvier au 7 février 2015, déclarant que le virus de l’Ebola était la raison de leur demande.

Mais Hayatou a dit que la CAF n’était pas convaincue et que personnellement il ne comprenait pas pourquoi le Maroc avait adopté cette position.

S’exprimant à la télévision française, le Président a dit : « Nous allons léser nos sponsors et nos partenaires. Tout le monde dira que nous ne sommes pas prêts et c’est la CAF qui devra finalement payer la note. C’est ce que j’ai dit aux Marocains.

« Nous ne pouvons signer notre arrêt de mort car si nous reportons cet événement, ce sera fatal pour le football africain. »

Hayatou a expliqué qu’un nouveau pays hôte sera sélectionné cette semaine.

Et à propos des dates, il a dit : « Si l’on reporte une fois cet événement, cela permettra à quiconque de demander un délai pour n’importe quelle compétition et nous ne serons plus crédibles et nous ne pourrons plus rien organiser. »

L’administrateur, âgé de 68 ans, qui est aussi le premier Vice-président de la FIFA a exprimé sa déception devant cette situation, déclarant que l’accueil de la Coupe du Monde des clubs de la FIFA par le Maroc en décembre démontre leur aptitude à accueillir la CAN également.

« J’ai mené une délégation au Maroc et nous avons beaucoup discuté avec eux disant que la Coupe d’Afrique des Nations, notre événement principal, ne pouvait pas être reporté car il s’agissait de la crédibilité de la Confédération.

« Ils ont dit que la raison était Ebola mais quand on voit que le Maroc est également en train d’organiser la Coupe du Monde des clubs, 25 jours seulement avant la Coupe d’Afrique des Nations, vous pouvez comprendre que c’est un argument qui doit être rapidement éliminé.

« C’est ce qui nous a mené à cette décision. Je comprends totalement la position de la CAF et il était absolument nécessaire de dénouer cette impasse avec la FRMF. »